Archives de Tag: IAASTD

Q&R :  »Une ignorance collective sur l’interaction entre l’agriculture et les systèmes naturels »

achim-steinerInterview avec Achim Steiner (UNEP)

JOHANNESBURG , 12 avr (IPS) – Des représentants des pays, de la société civile et du secteur privé se rencontrent cette semaine à Johannesburg, en Afrique du Sud, pour réexaminer les résultats des trois années de ‘l’International Assessment of Agricultural Science and Technology for Development’ (IAASTD). Cette initiative mondiale examine l’agriculture sous tous les angles, en vue de déterminer comment l’agriculture pourrait se faire de façon plus durable dans le futur.

A la plénière d’ouverture de la rencontre du 7 au 12 avril, Achim Steiner — directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) — s’est adressé aux délégués au sujet de la nécessité d’avoir de nouvelles stratégies agricoles. Le PNUE est l’un des sponsors de la rencontre de Johannesburg.

Reconnaissant que certains changements pourraient être difficiles à entreprendre, Steiner a cependant appelé les délégués à  »Tirer l’inspiration à partir de l’Afrique du Sud pour faire quelque chose que personne ne pensait être possible…(s’attaquer) au difficile défi d’avancer ensemble ».

Le correspondent de IPS en charge de l’environnement, Stephen Leahy, s’est entretenu avec Steiner pour en savoir plus sur les difficultés que rencontre l’agriculture à travers le monde.

via Q&R :  »Une ignorance collective sur l’interaction entre l’agriculture et les systèmes naturels ».

Publicités

DEVELOPPEMENT : Réinventer l’agriculture

Réinventer l’agriculture

Stephen Leahy

JOHANNESBURG , 16 avr (IPS) – Les résultats d’un examen minutieux de l’agriculture mondiale ont été présentés mardi avec la publication du rapport final de l’International Assessment of Agricultural Science and Technology for Development’ (IAASTD).

L’évaluation a exploré comment l’agriculture peut être réinventée pour nourrir de façon durable la population croissante du monde dans une zone aux multiples défis — en particulier ceux que représentent le changement climatique et une crise alimentaire grandissante qui a conduit au déclenchement des violences dans un certain nombre de pays en développement.

L’expertise de quelque 400 scientifiques et d’autres spécialistes a été utilisée par l’IAASTD; des gouvernements des nations riches et celles en développement ont également pris part à l’évaluation, de même que la société civile et le secteur privé.

La connaissance scientifique de même que les compétences traditionnelles ont été évaluées dans le cadre de l’IAASTD, qui a marqué la première tentative de rassembler tous les acteurs de l’agriculture en vue d’aborder la question de la sécurité alimentaire (Voir : ‘Q&R : « Augmenter la productivité agricole tout en réduisant l’empreinte environnementale »‘). Les participants ont produit cinq évaluations régionales, et un rapport de synthèse de plus de 110 pages.

Au nombre des 22 conclusions de l’enquête qui indiquent une nouvelle direction à l’agriculture, figure : une conclusion selon laquelle la pratique dominante de l’agriculture industrielle à grande échelle n’est pas durable, principalement à cause de la dépendance d’une telle agriculture du pétrole bon marché, ses effets néfastes sur les écosystèmes — et la rareté grandissante de l’eau.

Au contraire, les monocultures doivent être reconsidérées en faveur des agro-écosystèmes qui associent la production alimentaire avec l’assurance que les provisions d’eau resteront propres, la préservation de la biodiversité et l’amélioration des moyens de subsistance des pauvres.

via DEVELOPPEMENT : Réinventer l’agriculture.

DEVELOPPEMENT : Réinventer l’agriculture

Réinventer l’agriculture

Stephen Leahy

JOHANNESBURG , 16 avr (IPS) – Les résultats d’un examen minutieux de l’agriculture mondiale ont été présentés mardi avec la publication du rapport final de l’International Assessment of Agricultural Science and Technology for Development’ (IAASTD).

L’évaluation a exploré comment l’agriculture peut être réinventée pour nourrir de façon durable la population croissante du monde dans une zone aux multiples défis — en particulier ceux que représentent le changement climatique et une crise alimentaire grandissante qui a conduit au déclenchement des violences dans un certain nombre de pays en développement.

L’expertise de quelque 400 scientifiques et d’autres spécialistes a été utilisée par l’IAASTD; des gouvernements des nations riches et celles en développement ont également pris part à l’évaluation, de même que la société civile et le secteur privé.

La connaissance scientifique de même que les compétences traditionnelles ont été évaluées dans le cadre de l’IAASTD, qui a marqué la première tentative de rassembler tous les acteurs de l’agriculture en vue d’aborder la question de la sécurité alimentaire (Voir : ‘Q&R : « Augmenter la productivité agricole tout en réduisant l’empreinte environnementale »‘). Les participants ont produit cinq évaluations régionales, et un rapport de synthèse de plus de 110 pages.

Au nombre des 22 conclusions de l’enquête qui indiquent une nouvelle direction à l’agriculture, figure : une conclusion selon laquelle la pratique dominante de l’agriculture industrielle à grande échelle n’est pas durable, principalement à cause de la dépendance d’une telle agriculture du pétrole bon marché, ses effets néfastes sur les écosystèmes — et la rareté grandissante de l’eau.

Au contraire, les monocultures doivent être reconsidérées en faveur des agro-écosystèmes qui associent la production alimentaire avec l’assurance que les provisions d’eau resteront propres, la préservation de la biodiversité et l’amélioration des moyens de subsistance des pauvres.

via DEVELOPPEMENT : Réinventer l’agriculture.